Portrait : Wes Anderson, l’ovni du cinéma

Royal Tenenbaum, La Vie aquatique, À bord du Darjeeling Limited, Moonrise Kindgom, ces films font partie de l’œuvre d’un réalisateur pas comme les autres, Wes Anderson. Dans quelques semaines sortira son nouveau film, The Grand Budapest Hotel. Ce qui caractérise ce génie de la nouvelle génération du cinéma, c’est son style.

Le style d’un personnage hors norme

Il est l’inventeur du cinéma tiré à quatre épingles tout comme son style qui se définit par l’abondance de détails. À l’image des personnages de ses films, Wes Anderson a un style raffiné et hors du temps. Un costume en velours, un tout petit peu trop court car c’est le summum du chic. Le cheveu long façon dandy, peigné derrière les oreilles. Des superpositions de cachemire et de velours. Un style qui sent  les années 50 voir le 19ème siècle. Wes Anderson reste hors du temps.

Amoureux du détail, Wes prépare chacun de ses films avec des story-boards très détaillés pour chaque scène. Il vérifie chaque décors plusieurs heures pour s’assurer que tout est en place. Sa manière de filmer ses acteurs est singulière. De longs plans séquences, des ralentis, des travellings de plusieurs minutes, ce sont les éléments qui font du style de Wes Anderson, un style si particulier. Ses films sentent bon la nostalgie. Des décors enfantins, des personnages tourmentés, une figure paternelle absente, des familles brisées puis recomposées, les films sont une thérapie pour Wes. Il tente d’apporter une réponse à une question qu’il se pose perpétuellement comment vivre heureux dans une famille disfonctionnelle. On se rend compte aussi de son amour du passé, du c’était mieux avant…

De belles histoires d’amitié

Un autre aspect qui caractérise Wes Anderson, c’est l’amitié. Alors qu’il est étudiant en écriture à l’Université du Texas, il rencontre au détour d’un couloir le futur acteur, Owen Wilson. Lui et Owen découvrent qu’ils ont le même point commun, ils veulent vivre du cinéma en devenant scénaristes. Ils écrivent ensemble un court métrage appelé Bottle Rocket. Après l’avoir terminé, ils décident de l’envoyer au Festival de Sundance. Impressionnés, les organisateurs proposent que l’Université de Columbia finance le film. Cinq millions de dollars et deux années plus tard, Bottle Rocket avait été adapté en film. Malgré des chiffres catastrophiques, le film est acclamé par la critique. Après ça les deux comparses ne sont jamais quittés. Owen Wilson a joué dans chacun des films de Wes Anderson. L’amitié est primordiale chez lui. Bill Murray, Gene Hackman, Jason Schwartzman, Tilda Swinton font partie de cette famille recomposée. Au fil des coups de cœur, Wes crée des liens avec ses acteurs qu’il apprécie tant.

Un réalisateur et des films que l’on a envie de voir encore et encore tant leurs histoires sont belles.

2 thoughts on “Portrait : Wes Anderson, l’ovni du cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 Partages
Partagez14
Tweetez