A voir / A zapperL'avis de la rédacLes plus attenduesNewsSéries

Broadchurch saison 2 : La saison dont on ignorait avoir besoin

Broadchurch saison 2

Broadchurch c’est le genre de série dont personne ne sort indemne. Forte d’un succès international (environ 7,6 millions de téléspectateurs anglais et tout autant lors de son passage sur France 2), elle ne pouvait échapper à la mise en production d’une saison 2, dont la diffusion a commencé hier 5 janvier. Évidemment, cette nouvelle a fait des sceptiques tant la première saison semblait clôturer toutes les intrigues et se suffire à elle-même. Alors faux pas ou éclair de génie ? Silence Moteur Action a vu le premier épisode et vous répond.
Attention, si vous n’avez pas vu la saison 1 de Broadchurch, ne lisez pas cet article ! Attention, spoilers mineurs de la saison 2 à prévoir. 

Précédemment dans Broadchurch

La vie des habitants de Broadchurch, ville côtière aux paysages de carte postale, est bouleversée par la découverte du corps du jeune Danny Latimer sur la place. L’inspectrice Ellie Miller (Olivia Colman), meilleure amie de la mère de Danny, se voit contrainte de collaborer avec/et de suivre les ordres de son nouveau supérieur Alec Hardy (David Tennant), plus expérimenté et semblant vivre enfermé dans ses secrets. La première saison explorait les relations entre les habitants tout en portant un regard acerbe sur les médias. Elle n’hésitait pas à se montrer même violente dans les répercussions des actions des journalistes.
Tandis que le duo d’enquêteurs découvrait petit à petit les secrets de chacun, la conclusion de l’enquête se révélait de plus en plus douloureuse. La révélation de l’identité du tueur finissait de briser l’équilibre de la ville : en effet, le meurtrier s’avérait être Joe Miller, le mari d’Ellie. On laissait ainsi cette dernière prête à recommencer sa vie ailleurs.

La première saison jouissait également d’un casting premium : à David Tennant et Olivia Colman s’ajoutaient, entre autre, Arthur Darvill, David Bradley ou encore Josie Whittaker. Par ailleurs, tous les épisodes étaient écrits par le créateur et le showrunner de la série Chris Chipnall. Cela permettait une évolution cohérente de l’histoire et des personnages, le tout soutenu par une photographie sublime et une musique d’ambiance vibrante.

Plus d’ampleur pour une saison 2 à l’ambiance radicalement différente

La saison 2 prend place dans la suite directe des évènements de la saison 1 : les différents personnages se retrouvent pour l’audience de Joe Miller avec le besoin de pouvoir enfin aller de l’avant. Mais cela ne serait pas Broadchurch sans un rebondissement déchirant pour les protagonistes (avec qui on ne peut pas s’empêcher de compatir, maintenant que nous avons appris à les aimer). Au tribunal, Joe Miller décide de plaider « non coupable » et enclenche ainsi les rouages d’un procès médiatisé. Parallèlement, les secrets d’Alec Hardy semblent le rattraper.

La série abandonne la critique des médias pour s’intéresser au fonctionnement de la justice et aux méthodes des avocats. Si le sujet peut paraître moins lourd à traiter, les menaces sous-entendues font froid dans le dos. L’affrontement entre partie civile et défense risque d’éclabousser, une nouvelle fois, les habitants de Broadchurch. Il ne fait décidément pas bon d’avoir des secrets dans cette ville : mais visiblement personne n’a eu le mémo alors on ne peut que serrer les dents en pensant aux répercussions. Le duo Hardy/Miller fonctionne toujours aussi bien et cette fois, semble avoir gagné en profondeur et en respect mutuel. Si Olivia Colman livre une prestation poignante en femme trahie, David Tennant balance parfaitement les échanges en campant un Hardy calme, prévenant mais toujours aussi hanté par son passé. On peut aussi noter l’arrivée au casting de nouvelles pointures : Charlotte Rampling (dont l’introduction dans l’histoire semble un peu tiré par les cheveux), Marianne Jean-Baptiste et Eve Myles (ce qui ravivera les fans de Doctor Who et de Torchwood).

La série prend de l’ampleur et ose. Ce nouvel épisode ressemble même à un reboot tant l’histoire part dans une direction opposée. Paradoxalement, les intentions du créateur de la série sont assez claires et cette suite se révèle aussi logique : après  un tel drame, une arrestation ne suffit pas à tourner la page. Il faut que justice soit faite. Pourtant, comme Broadchurch sait si bien le faire, on sent les problèmes arriver. L’ambiance en serait presque plus noire. L’intervention du passé d’Hardy ne risque pas d’arranger les choses. 

Nous avions nos craintes au sujet de cette saison 2 dont personne ne voulait. Force est de constater que Broadchurch arrive à se renouveler et à nous surprendre. Force est de constater également que pour que les personnages puissent trouver la paix, cette saison 2 était nécessaire. Il ne reste plus qu’à voir si elle saura tenir ses promesses mais ici, à Silence Moteur Action, on n’est pas vraiment inquiet. 

Bande d’annonce française lors de la diffusion sur France 2 :

Bande d’annonce de la saison 2  en VO :


Pour (re)découvrir la saison 1 de Broadchurch, c’est tous les jeudis sur France 4.

Comments (1)

  1. […] L’épisode 1 nous avait laissé plutôt confiants quant à la qualité de cette saison 2. Nous étions préparés à compatir et à souffrir avec les protagonistes. L’aspect policier s’effaçait alors au profit d’une plongée dans les méandres de la justice, plus exactement des avocats et de la politique du « tous les coups sont permis » (même si cela brise une famille, une vie). Joe Miller promettait de faire éclater les secrets des habitants de Broadchurch. Et nous savions qu’ils étaient nombreux. Le procès voyait s’affronter deux avocates de génie et personne n’en sortait indemne : le père de Danny, Nigel et même Ellie (stupéfiante Olivia Colman). Même les téléspectateurs dont les certitudes sont constamment remises en question. Les failles de l’enquête nous apparaissent béantes et même si la culpabilité de Joe est acquise, le verdict est beaucoup moins clair.  […]

Comment here