Black Storm : Coups de vent et tempêtes en approche (critique sans spoilers)

Vous avez surement entendu parler de Black Storm (titre original : Into The Storm) le thriller-catastrophe en salles le 13 août. Silence Moteur Action a eu la chance de voir le film, découvrez nos impressions (sans spoilers, bien sûr).

Black Storm, de quoi ça parle ?

« En une journée, la petite ville de Silverton est dévastée par une multitude de tornades sans précédent. Les habitants sont désormais à la merci de ces cyclones ravageurs et meurtriers, alors même que les météorologues annoncent que le pire est à venir… Tandis que la plupart des gens cherchent un abri, d’autres se risquent à se rapprocher de l’œil du cyclone pour tenter d’immortaliser en photos cet événement exceptionnel ». Comme pour Twister sorti en 1996, Black Storm suit un groupe de chasseurs de tornade tournant un documentaire ainsi qu’une scientifique qui les aide.

Qu’est-ce que ça vaut ?

Qu’on se le dise tout de suite : Black Storm n’a rien d’original. Le film souffre d’un scénario trop conventionnel avec des trames déjà vues et attendues. Ne vous attendez donc pas à vous prendre une claque de ce côté-ci. Visuellement parlant, Black Storm est plutôt correct, même bon. Pas d’extravagance si ce n’est deux scènes un peu too much et qui pourraient bien vous arracher un sourire. Les tornades sont impressionnantes et le film remplit son contrat. Au niveau de la réalisation, le film se sert de différents procédés. Le réalisateur Steven Quale a misé sur le found footage : ce sont ses personnages qui filment l’action (pour rappel, les chasseurs de tornade tournent un documentaire, ce qui aide grandement). Enfin, les deux frères du film sont des passionnés de caméra si bien qu’ils filment l’action en permanence. Le found footage permet une meilleure immersion dans le film afin de vivre pleinement l’action. Si la plupart des personnages/acteurs manquent de charisme, certains arrivent à se sortir du lot à commencer par Matt Walsh (Pete, le chasseur de tornade). On peut aussi compter sur la scientifique Allison jouée par Sarah Wayne Callies (Prison Break, The Walking Dead). Par miracle, celle-ci n’agace pas, ne surjoue pas et devient un élément important du film (et ça nous tue de dire ça). A l’inverse, Richard Armitage (Thorin, dans la trilogie de The Hobbit) passe complètement inaperçu en jouant le père maladroit des deux jeunes du film. Au final, Black Storm est un bon divertissement et a l’avantage d’avancer relativement vite si bien que l’on ne voit pas le temps passer (le film ne dure que 1h30).

Mais on sent que Black Storm aurait clairement pu aller plus loin. Après tout, le film intervient quelques années après des catastrophes sans précédents qui ont touché le pays à l’instar de l’ouragan Katrina ou plus récemment de Sandy. On sent que le réalisateur a voulu s’interroger sur ses événements en mettant en scène une tornade de type EF5 (soit la plus grosse jamais vue) et en s’interrogeant sur la manière dont chacun réagit. Malheureusement Steven Quale ne transforme pas l’essai et nos attentes sont déçues. Black Storm vaut-il la peine de se déplacer au cinéma ? Si vous êtes un fan absolu du genre, pourquoi pas…

Notre avis : Black Storm nous promettait des tornades, des tempêtes, et c’est mission réussie mais il manque d’originalité. Malheureusement, il ne pourra pas faire le poids face aux Gardiens de la Galaxie (découvrez notre critique sans spoilers) qui sort le même jour et dont le succès ne cesse de croître. Le film de Marvel arrivera sans aucun mal à pousser les fans et les non-initiés dans les salles obscures. Pas sûr pour Black Storm. Note : 12/20

3 thoughts on “Black Storm : Coups de vent et tempêtes en approche (critique sans spoilers)

  1. Attention, Katrina et Sandy sont des cyclones, phénomènes météorologiques qui ne sont liés d’aucune façon aux tornades. Il n’y a donc pas de raison que le réalisateur en tienne compte pour ce film.
    En revanche, les passionnés de météo auront du mal à profiter des images à cause des nombreuses incohérences qui semblent plomber Black Storm, là ou Twister jouissait d’une trame et d’un rendu relativement réaliste.

  2. Oui ce sont des phénomènes météorologiques différents mais le réalisateur les mentionne dans le film, preuve que ça l’a marqué. Que se soit pour un cyclone ou une tornade, il a voulu s’interroger sur la manière dont chaque personne pourrait réagir face à un tel évènement. Mais c’est complétement raté. Sachant qu’entre Twister et son film, il y a eu notamment Katrina et Sandy, il aurait quand même pu aller plus loin dans la réflexion. Et puis je pense que ce qui l’a vraiment intéressé c’est de filmer en found footage, qu’on puisse être en immersion. Mouais.

    Pour les incohérences, j’avoue ne pas être assez calée sur le sujet mais je te crois volontiers 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez