American Sniper : Entre fascination et dégoût

La cérémonie des Oscars se déroulera le 22 février 2015 et parmi la liste des nommés, on retrouve le nouveau Clint Eastwood, American Sniper, qui comptabilise 6 nominations. Le film raconte l’histoire vraie de Chris Kyle, aussi surnommé la Légende, l’un des snipers les plus meurtriers des SEAL’s. Il comptabilise, à lui seul, plus de 150 morts lors de la guerre en Irak. Le réalisateur, s’étant déjà illustré dans le film de guerre avec le magnifique Lettres d’Iwo Jima, n’est donc pas étranger à ce genre et l’on attendait beaucoup de lui avec sa nouvelle réalisation. Alors qu’en a pensé la rédaction ?

Une dichotomie au ras des pâquerettes ? 

Dès les premières secondes de American Sniper, un sentiment d’exaspération et de déception nous gagne : l’appel à la prière musulmane résonne dans la salle sur un fond noir mais celui-ci se dissipe bien vite au profit d’un gros plan sur un char d’assaut. Non, non, non !!! Le film ne va pas être une énième apologie de l’armée américaine avec d’un côté les méchants terroristes irakiens et les valeureux, les courageux soldats américains de l’autre quand même ?! Pas toi Clint Eastwood ? Tu ne vas pas tomber dans ce travers là ?

Mais bon, laissons une chance au film : juger sur quelques secondes n’est pas très juste. Plus la trame de l’histoire se déroule devant nos yeux, plus on comprend ce parti pris de la part du réalisateur. Un point de vue unique nous est donné à travers les yeux du sniper Chris Kyle, patriote et « gardien des brebis égarées » comme lui dit son père. Un regard blessé et traumatisé par les attentats du 11 septembre, qui n’a pour seul credo de protéger les civils américains, peu importe la personne qui se trouve à l’autre bout de son arme, que ce soit un homme, une femme ou même un enfant. C’est un reproche que l’on pourrait émettre à juste titre à propos de American Sniper : réduire un conflit aussi complexe et multidimensionnel que celui de la guerre en Irak au seul point de vue de Chris Kyle. En effet, à cause de ce parti pris, la population irakienne est perçue à sa grande majorité comme partisane des terroristes et n’hésitant pas à sacrifier les enfants pour leur cause. Heureusement, de très bonnes choses sont également à retenir dans ce film.

On se sent mal… Très mal… 

Certes, on est face à un film de guerre et on doit donc à s’attendre à des scènes de combats sanglantes. Cependant, si American Sniper montre bien des affrontements entre l’armée américaine et les Irakiens, ils sont distillés de telle manière que les scènes de retour sur le territoire américain sont là pour contrebalancer leur horreur… Mais cela ne suffit pas toujours. Une scène en particulier ne vous épargnera pas et nécessitera une bonne dizaine de minutes pour être un peu oubliée. Attendez-vous donc à être agrippé à votre siège pendant toute la durée du film car il ne vous laissera aucune répit. La réalisation de Clint Eastwood et sa maîtrise du suspense finiront d’achever les plus timorés d’entre vous.

Pour les autres sachez que vous ne ressortirez pas de la séance indemnes et que certaines scènes trotteront encore dans votre esprit pendant un petit moment.

American Sniper 

Sortie le 18 février 2015

Réalisateur : Clint Eastwood

Avec : Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes 

One thought on “American Sniper : Entre fascination et dégoût

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Partages
Partagez6
Tweetez