300 : La Naissance d’un empire. Il va y avoir du SANG (Critique du film sans spoilers)

Quasiment 7 ans après, jour pour jour, la suite du film 300 réalisée par Zack Znyder sort en salle aujourd’hui. Dans le premier opus il était question des 300 guerriers spartiates qui luttèrent tant bien que mal contre l’envahisseur perse. Dans 300 : La Naissance d’un Empire le réalisateur Noam Murro balance son spectateur entre préquel et suite de l’histoire. La rédac’ vous donne ses premières impressions sur un des péplums les plus attendus de cette année.

Entre origines et suite de l’intrigue

Ce deuxième opus commence là où le premier s’est arrêté. Leonidas et son armée de guerriers spartiates après 3 jours de combats sont vaincus par les troupes de Xerxès. Le film revient sur les origines du conflit entre Spartes et l’empire perse. Si Leonidas part en campagne pour repousser les troupes ennemies dans le premier volet, la raison pour laquelle Spartes est en guerre n’est pas révélée. 300 : La Naissance d’un Empire est un retour aux sources. Le spectateur va comprendre d’où vient la cruauté de Xerxès envers les grecs dans une première partie. Une fois l’origine du conflit révélée, la suite du combat peut prendre place dans les eaux déchainées de la mer Egée.

Dur dur pour Noam Murro de reprendre le flambeau après le chef d’œuvre de Zack Znyder. Cependant ce second volet n’est pas si décevant. Même si l’hémoglobine tient le premier rôle dans ce film, le travail fait sur ce dernier n’est pas si mal.

300 @WarnerBros
300 @WarnerBros La mort de Leonidas

Dès les premières minutes le ton est lancé : batailles spectaculaires sont au programme de ces 2 heures intenses où le temps file aussi vite que les flèches des archers. Malgré l’ampleur des combats et la violence omniprésente on aurait aimé voir comme dans le premier opus des scènes de batailles sur terre. Impossible d’avoir oublié l’immense mur humain construit par les spartiates pour freiner l’envahisseur, ou la cultissime scène des perses poussés de la falaise. Ici, il n’est question de combats en mer certes impressionnants mais un peu trop répétitifs du coup.

Un deuxième film moins innovant

Si les grecs sont tous identiques physiquement (bodybuildés à bloc), les troupes ennemies elles, regroupaient dans le premier film plusieurs nations. Les Immortels, géants et autres monstruosités sont quasiment invisibles dans cet épisode où l’accent est porté uniquement sur les guerriers perses.

Question technique, le film est moins bien fait que dans le premier 300. Certes niveau couleurs, les contrastes mettent bien en valeur l’environnement sinistre et humide mais question ralentis il faut savoir dire stop. Contrairement à Znyder, Moram s’est un peu trop lâché dessus. Au final, on se croirait plus dans un jeu vidéo sur grand écran que dans un long métrage.

300 @WarnerBros
300 : La Naissance d’Un Empire  @WarnerBros

Question casting Thémistocle (Sullivan Stapleton) n’a pas le même charisme que Leonidas. Malgré ses beaux discours, pas un n’équivaut les mythiques : « Spartiates quel est votre métier ??! » ou  « Nous dinerons en enfer ce soir !! ». Ce héro sorti de nul part n’est pas si attachant et on aurait presque tendance à se ranger du côté perse !

Justement côté ennemi, l’intrigue nous dévoile comment et pourquoi Xerxès est devenu un dieu et nous montre les phases de sa métamorphose. L’acteur Rodrigo Santoro est méconnaissable ! A ses côtés on retrouve une Eva Green en bras droit terrifiant et chef de la marine perse. L’actrice française se lâche dans une interprétation osée d’Artemisia, femme fatale prête à tout pour écraser l’ennemi. Destin brisé d’un jeune grecque qui va jusqu’à vendre son âme à la mort pour se venger des siens. Un duo qui fonctionne bien entre les deux, avares de sang ennemi. Si les combats s’enchainent, l’histoire elle stagne au point qu’à la fin du film la situation n’a pas vraiment changée. Un troisième volet serait-il en préparation ? En espérant qu’il ne faille pas attendre 2021 pour voir un « 300 : La victoire d’un Empire » …

Conclusion : Si vous n’avez pas aimé le premier volet de 300 passez votre chemin. Le réalisateur tente malgré lui de reprendre les mêmes codes que son prédécesseur ce qui donne un résultat plus ou moins réussi. Vous êtes fan de 300? Vous irez forcément vous rendre dans les salles obscures mais on sait tous que les suites sont forcément moins bonnes…

Notes : 13/20. 2h de batailles navales entre grecs et perses le tout basé sur un scénario un peu faible. Un héro pas convainquant au profit d’un monstrueux demi dieu rayonnant, épaulé d’une enivrante et effroyable alliée.

 

2 thoughts on “300 : La Naissance d’un empire. Il va y avoir du SANG (Critique du film sans spoilers)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 Partages
Partagez9
Tweetez